Image result for Courir est bon pour la santé mentaleAvez-vous remarqué qu’après avoir couru un certain temps, vous ressentez une agréable sensation de bien-être et que vous vous sentez comme libéré ? Ce bienfait repose sur un véritable phénomène physiologique : lorsque vous courez, votre corps produit des hormones qui vous font vous sentir mieux.

Les endorphines, hormones du bien-être

Il suffit de courir quelques minutes pour que le corps commence à secréter des endorphines et qu’une délicieuse impression gagne le coureur. Ensuite, tout au long de la séance, l’hormone est produite continuellement et comme elle a un effet proche de la morphine, elle procure non seulement un plaisir certain, mais contribue également à rendre l’effort moins difficile, voire à être gagné par l’euphorie ! L’autre effet appréciable est que cette sensation ne s’arrête pas lorsque l’on arrête de courir mais se prolonge : au bout de trois quarts d’heure à une heure après course, il atteint son apogée et on peut même se sentir totalement euphorique.

La dopamine accroît la vigilance et réduit la fatigue

En plus des endorphines, la course favorise la sécrétion de noradrénaline et de dopamine. Cette hormone est quant à elle chargée de réguler la vigilance et de diminuer la sensation de fatigue. Ainsi, lorsque l’on court depuis quelques minutes seulement, on se sent plus vif et plus alerte malgré l’effort exigé par l’exercice. C’est une hormone que l’on produit également lorsque d’une activité sexuelle, de la consommation de drogue ou d’alcool : et si ces situations peuvent entraîner un état d’addiction, c’est parce que le corps réclame l’effet de bien-être que crée la sécrétion de dopamine. Ce phénomène peut se produire également dans le cas de la course à pied, comme dans la pratique d’autres disciplines sportives : l’athlète ressent le besoin de courir pour retrouver cette sensation de plénitude que lui procure la production de dopamine dans le corps.